Education alimentaire Focus aliment

Soupes, potages, bouillons : les aliments santé de l’hiver ?

19 décembre 2017 -

Environ 3 minutes

La soupe est le plat réconfortant par excellence lorsque l’on entre dans les périodes les plus froides de l’année. Qu’elle fasse grandir ou non, elle plait aux petits comme aux grands, et sa composition lui permet de jouer un rôle central dans l’équilibre de notre alimentation.

La soupe : assurer une bonne hydratation pendant l’hiver

Au cours du printemps et surtout de l’été, la chaleur environnante augmente notre sensation de soif, et nous avons plus facilement le réflexe de nous hydrater. En automne et en hiver, l’arrivée des frissons dans le bas du dos et des soirées passées enveloppé dans un plaid rend les verres d’eau fraîche bien moins tentants. La sensation de soif diminue mais, pour autant, nos besoins en hydratation restent similaires d’une saison à l’autre.

Effectivement, quelle que soit la saison, notre organisme élimine de l’eau notamment dans les selles, l’urine, les larmes, la transpiration ou encore par évaporation lorsque nous respirons. Ainsi, hormis en période de canicule où le besoin est accru, il est nécessaire d’apporter 1.5 litre d’eau quotidiennement à notre corps. Les sources d’hydratation peuvent être des eaux de boissons (plates, gazeuses, du robinet, etc.), des cafés, des thés et… des soupes, potages et bouillons. Un bol de soupe apporte jusqu’à 300ml d’eau, ce qui couvre 20% de nos besoins journaliers.

Une portion de légumes par jour grâce à la soupe

L’intérêt nutritionnel de la soupe (faite-maison) repose particulièrement sur sa richesse en fibres, vitamines et minéraux, venus des légumes qui en composent la recette. Ainsi, un bol de soupe est considéré comme une portion de légumes à part entière, et entre donc dans les 5 portions de fruits et légumes qu’il est recommandé de consommer au quotidien. Bien-sûr, la cuisson et le mixage des légumes peuvent altérer la qualité des nutriments retrouvés dans la soupe. Je vous conseille donc de ne pas cuire vos légumes plus longtemps que ce qu’il faut pour juste pouvoir les mixer, de laisser une partie des épluchures lors d’un mixage, et de découper vos légumes juste avant leur cuisson. De cette manière, la densité nutritionnelle de la soupe est optimisée car les vitamines et minéraux solubles dans l’eau et ceux sensibles à l’oxydation sont, en partie, protégés.

Cependant, la soupe ne doit pas remplacer les légumes de manière systématique. Un légume cuit et mixé reste moins intéressant d’un point de vue nutritionnel qu’un légume frais et/ou entier, même si la préparation de la soupe se fait grâce à un process limitant les pertes. Je vous recommande donc d’utiliser la soupe pour couvrir au maximum une seule portion de légumes par jour et de conserver les légumes crus et cuits dans vos habitudes alimentaires, même hivernales.

La soupe fait grandir ?

Pauvre en calories mais riche en eau, fibres, vitamines et minéraux : la soupe mérite définitivement sa place au fond de vos assiettes creuses cet hiver. Repas healthy rapide même si la faim n’est pas au rendez-vous, la soupe permet de couvrir facilement une portion de légumes (de saison !).

Crédits : Karolina GRABOWSKA
Source : Ciqual

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.